Freebox Pop (v8) : comment Free devrait faire évoluer son offre

Free, ce n’est plus ce que c’était. En 20 ans, ce promoteur d’une offre accessible claire, innovante et où le client est libre, s’est peu à peu transformé en ce qu’il disait vouloir combattre : un fournisseur d’accès comme les autres. Alors que la Freebox Pop (v8) se prépare, que pourrait faire l’entreprise pour redevenir un véritable trublion ?Freebox Pop (v8) : comment Free devrait faire évoluer son offre

En 2002,

Free

cassait les codes avec une offre ADSL unique à 29,99 euros par mois et sa première

Free

box. Un exploit renouvelé en 2011 avec la Révolution, deux boîtiers et un OS complets faisant office de NAS, en avance sur leur temps. Au point d’être encore considérée aujourd’hui comme une référence du genre, bien que sur le déclin.

Not

Free

Anymore

Depuis,

Free

a multiplié les impairs et virages par rapport à ce qui constituait ses valeurs. Son offre est devenue complexe avec pas moins de six forfaits, sans compter les anciens toujours proposés et autres ventes privées.

L’engagement y est le plus souvent la règle (hors Delta), tout comme le tarif faible valable « la première année » favorisant non pas les clients fidèles mais ceux qui changent régulièrement de crèmerie. Il y a aussi des incohérences, comme l’option TV incluse, à ajouter ou à retirer selon les cas et pas toujours au même tarif (qui dépend des jeux de remise de couplage et de TVA). Dans le cas de la Delta S, elle n’est tout simplement pas proposée.

Fin 2018, on découvrait d’ailleurs deux nouvelles box : la One et la Delta, seules à bénéficier de la nouvelle interface TV. La première intègre la même partie modem que la

Free

box Révolution, à quelques petites évolutions près. Sa partie multimédia est par contre plus véloce, mais son intérêt est limité par son aspect tout-en-un. Si votre TV n’est pas à côté de votre prise téléphonique ou de l’arrivée de

la fibre

, elle n’est pas pour vous.

La Delta bénéficie d’une partie modem intéressante, bien qu’imposante et moins facile à gérer du fait de son interface tactile en façade : fibre jusqu’à 10 Gb/s, cage SFP+ pour le réseau local à 10 Gb/s (hors cuivre), quatre emplacements pour HDD/SSD, gestion des machines virtuelles, ADSL+4G, Wi-Fi 5 (Wave 2, 160 MHz), USB 3.x dont Type-C, etc.

Son boîtier Player fait moins l’unanimité. Du fait de sa méthode de commercialisation tout d’abord, puisque l’on peut seulement l’acheter à 480 euros (en une ou plusieurs fois), alors qu’il est trop limité lorsqu’utilisé hors du réseau

Free

. Ensuite parce qu’il n’a pas tenu toutes ses promesses : la télécommande tactile a été un échec, l’assistant OK

Free

box s’avère peu utile, on attend toujours le Dolby Atmos, aucune application de premier plan n’a intégré le Store, etc.

Des regrets que l’on retrouve aussi sur le modem, avec des VM plus limitées qu’à leur début. Elles sont d’ailleurs un prétexte à ne pas intégrer de vraies nouveautés au sein de

Free

box OS, qui n’évolue presque plus. Si vous voulez profiter de DNS over HTTPS, vous devrez installer votre propre serveur relai, par exemple.

La domotique est également un bon sujet d’espoirs déçus, puisqu’en dehors du pack de sécurité

Free

et de Somfy (unique grand partenaire), rien n’est exploitable malgré le support de SigFox et de nombreux autres protocoles/bandes de fréquences. Ainsi, bien que disposant de tout ce qu’il faut pour gérer des appareils en 2,4 GHz, il est impossible de contrôler directement des produits ZigBee, comme ceux de la gamme Philips Hue.

Freebox Delta et domotique : comment installer Jeedom et contrôler une prise Z-Wave

Dans ce cas, la gestion passe par l’application

Free

box et l’API locale du pont Hue. Pour le reste, il faut installer JeeDom dans une machine virtuelle. Mais un seul port USB étant accessible aux VM, un seul protocole peut être exploité.

Ne cherchez aucune logique dans ces offres

Côté tarif, ce n’est pas plus intéressant ou cohérent. Avec ses offres

Sosh

sans engagement, dès 20 euros hors promotion,

Orange

est désormais bien plus accessible et intéressant que

Free

pour de petits besoins. Même pour une

Free

box Crystal, dérivée de la Freebox HD (v5), limitée à l’ADSL, il faut compter 25 euros par mois. Proposée à 35 euros, la Mini 4K lancée en 2014 est la seule réellement à moins de 40 euros… parce qu’elle n’intègre aucun service particulier (excepté la TV).Freebox Pop (v8) : comment Free devrait faire évoluer son offre

Tous les autres forfaits comprennent forcément un mix de TV by Canal Panorama,

Netflix

,

Amazon

Prime selon les cas. Seule exception : la Delta S (40 euros), sans aucun service multimédia, lancée suite aux multiples critiques de la nouvelle offre. La grille tarifaire réserve également quelques surprises : la

Free

box One à 40 euros dispose de

Netflix

mais pas TV by Canal Panorama. Pour la

Free

box Révolution à 45 euros… c’est l’inverse. Trop complexe, l’ensemble est digne d’une matrice d’A/B Testing qui aurait oublié de prendre fin. Comme un symbole de la dérive de

Free

ces dernières années.

Sous peu, l’entreprise devrait (enfin) lancer sa

Free

box v8, qui serait nommée Pop. On sait encore peu de chose à son sujet, si ce n’est qu’elle sera très certainement sous Android TV, avec du réseau à 2,5 Gb/s. Si l’on espère que le Wi-Fi 6 sera également de la partie à son tour, on attend surtout une refonte de l’offre.

Car plus que proposer de nouveaux boîtiers,

Free

doit retrouver de sa superbe. Et cela demandera forcément de repenser la gamme de forfaits en profondeur. Voici notre liste de souhaits « au père Niel ».

La Freebox Pop (v8) pourrait grimper à 2,5 Gb/s

En finir avec l’engagement

Avec sa marque «

Free

», le groupe Iliad était à ses débuts très attaché à la liberté de ses clients. Si c’est toujours le cas sur l’offre mobile ou sur le fixe avec Delta (S), le reste du temps, s’abonner chez

Free

c’est signer pour 12 mois.

La mécanique de promotion la première année et les différents frais annexes devraient être suffisants pour limiter la volonté des clients de partir ailleurs plus rapidement. Et si ce n’est pas le cas, c’est qu’ils sont sans doute mécontents. Les forcer à rester n’est donc pas la meilleure solution à apporter… même si c’est la plus simple à mettre en place.

La gestion des frais de mise en service gagnerait à être unifiée, la

Free

box Delta en étant dispensée… mais pas la Delta S.

Ne plus proposer la

Free

box Crystal

Free

n’est plus le moins cher, mais il est l’un de ceux recyclant son matériel le plus longtemps. Le cas de la

Free

box Crystal est flagrant. En 2020, il est temps que cette box d’un autre âge – elle ne propose même pas de

VDSL2

– disparaisse !

Là encore, on aimerait que

Free

s’inspire d’

OrangeFreebox Pop (v8) : comment Free devrait faire évoluer son offre

qui fournit la

Livebox

v4 dans son forfait

Sosh

à 20 euros par mois. D’autant que le

FAI

dispose d’un remplaçant lui-même déjà surexploité : le modem de la

Free

box Révolution, miniaturisé avec la

Free

box Mini 4K (puis dans la One). Gérant le

VDSL2

ou

la fibre

, il est parfaitement adapté à une offre à petit prix.

Est-ce vraiment digne d’une box proposée en 2020 ?

Rationaliser les offres

Terminé la dizaine de forfaits !

Free

doit revenir à ce qui a toujours fait son succès : une gamme simple, lisible. Outre l’évolution de l’entrée de gamme, le ménage doit être fait dans le trio Mini 4K, Révolution et One.

Et c’est sans doute ce qui demandera les choix les plus difficiles. Car si le remplacement de la Mini 4K par la Pop ne devrait pas être compliqué à mettre en œuvre, que faire des deux autres ? La Révolution est encore appréciée, mais la laisser nuit à la visibilité.

Free

osera-t-il s’en séparer ou la mettra-t-il de côté, via une offre « legacy » ?

La

Free

box One n’a que peu d’intérêt dans l’offre actuelle, mais son côté tout-en-un peut intéresser des clients, notamment ceux qui ont une place réduite ou qui ne veulent pas d’une box sous Android TV. Elle pourrait elle aussi n’être proposée que comme une alternative plutôt qu’un forfait à part entière.

Être le premier à proposer une offre réellement modulaire

C’est là que la notion de modularité de l’offre entre en scène. Cela fait des années que les

FAI

tournent autour de ce concept sans l’avoir réellement mis en œuvre. SFR le fait à sa manière avec sa Box 8, Bouygues Télécom a raté le coche avec sa Bbox Smart TV.

Free

pourrait donc se démarquer.

L’idée serait d’enfin accepter de décorréler l’accès à internet des services multimédia dans le choix de l’abonnement. Un peu à la manière des

Free

box Delta et Delta S. Mais sans faire, justement, l’erreur du double forfait.

Free

pourrait proposer trois niveaux d’accès internet fixe, avec ses trois modems :

Classique : 1 Gb/s, Wi-Fi 5, appels vers les fixes inclus (mobiles en option)

Pop : 2,5 Gb/s et autres avantages à découvrir, appels vers les fixes et mobiles inclus

Delta : 10 Gb/s, NAS avec RAID et machines virtuelles, domotique, appels vers les fixes et mobiles inclus

Ces offres pourraient même rester aux tarifs actuels : 20/25, 30 et 40 euros, sans services multimédia. Le client paierait ainsi pour ce qu’il vient chercher chez un

FAI

: un accès internet, de la connectivité et de la téléphonie. Dans l’idéal, chacun pourrait même être libre d’utiliser le routeur/modem de son choix, mais cela ne semble pas vraiment au programme.Freebox Pop (v8) : comment Free devrait faire évoluer son offre

Et pour la TV ? Nombreux sont ceux à avoir accès à la TNT, à utiliser des services en ligne (TV à la demande, SVOD) sans avoir besoin de leur

FAI

ou à s’en passer, tout simplement. Des cas où la box multimédia est inutile. Pourtant, ces mêmes clients peuvent avoir besoin d’un haut niveau de service sur le débit de leur connexion, leur réseau local, etc.

Différentes « expériences »

Free

box

Pour ses clients désirant l’intégration de services multimédia,

Free

pourrait se réorganiser autour de trois options correspondant à différents niveaux d’intégration de l’écosystème maison. De quoi répondre à divers besoins et préférences tout en préservant une montée en gamme tarifaire et en reprenant à son compte la « disparition de la box ».

Commençons par les abonnés à petit budget voulant simplement l’accès à

Free

box TV et déjà équipés d’appareils comme une Smart TV, un boîtier/smartphone/tablette d’Apple ou Google. Ici,

Free

pourrait simplement faire ce qu’il fait déjà sous Android TV : proposer une application à installer, accessible à ses clients contre un paiement mensuel.

Et si Molotov était le futur de

Free

box TV ?

Xavier Niel ayant investi dans Molotov, qui propose ses services aux professionnels, il y a sans doute une carte à jouer. Il faudra d’ailleurs voir si la prochaine évolution de l’offre n’est pas l’occasion de limiter les partenariats avec Canal+ qui, proposant myCanal, OCS, Netflix, Disney+ et autres, constitue plus un concurrent qu’un partenaire.

Vient ensuite la

Free

box Pop sous Android TV, qui pourrait être proposée à l’achat ou à la location. Elle serait présentée comme une solution clé en main, à prix intermédiaire pour les habitués à l’écosystème de Google et pensée par

Free

. Et intégrer différents services TV de base (Molotov ?) avec

Netflix

et/ou

Amazon

Prime en option par exemple.

Puis viendrait l’expérience

Free

box complète : le Player Devialet, avec tous les services multimédia intégrés dans un pack tarif préférentiel, l’assistance vocale par

Alexa

(et OK

Free

box), le pack de sécurité inclus, etc.

Et pourquoi pas une boutique

Free

plus complète ?

Free

pourrait décider de faire comme pour le mobile, proposant des terminaux compatibles avec son offre via sa boutique en ligne, l’ouvrant à l’Apple TV, des Smart TV, accessoires, etc. Une source de revenus potentiels.

Ainsi, le client pourrait choisir son accès internet avec différents routeurs/modem et niveaux de prestation, accéder s’il le souhaite à des services multimédia intégrés à tarifs préférentiels (plus ou moins selon le niveau de l’offre de base par exemple) ou à la carte, tout en ayant la possibilité d’utiliser des terminaux pensés par

Free

ou ses partenaires.

Une offre qui serait plus en phase avec les usages actuels.

Free

aura-t-il misé sur certaines de ces possibilités lorsqu’il a conçu sa nouvelle offre ? Elle ne devrait plus tarder à être dévoilée, on le saura donc bien assez vite.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *